Vous aimez l’ambiance de la vape ?

Fin 2012 je rentrais dans un bureau de tabac acheter ma 1ère e-cig.
J’ai demandé conseil, je n’ai pas obtenu de réponse, si ce n’est… « essayez, et vous verrez bien si ça vous convient ou non »…
Cette « fausse cigarette », avec un foyer luminescent bleu et un embout bucal jaune, ressemblant curieusement à une vraie (:wacko:) allait vite finir à la poubelle.
Etant donné l’inefficacité totale constatée, le goût bizarre dégagé par l’inhalation de je ne sais quel produit, je n’y croyais pas vraiment beaucoup, et je n’imaginais surtout pas l’avenir prometteur qui lui était réservée !

Une évolution époustouflante

Quasi inexistant en France en 2010, le marché de “l’e-cig” n’a cessé de grandir, et de cette croissance fulgurante est né un écosystème spécifique, mais aussi une culture que l’on n’attendait pas, qui dégageait un plaisir dénué de culpabilité contrairement au tabac.

Malgré les interrogations qui circulaient sur le web au sujet de sa possible dangerosité, un nombre croissant d’utilisateurs vivaient ce rituel et voyaient ce nouvel objet comme une passion, dépensant sans compter pour affiner leur recherche du graal. Cela ne cesse d’augmenter encore de nos jours …

Des communautés ont commencé à se retrouver autour de “vapéros”, sur des forums spécialisés, et sur une foultitude de pages et groupes Facebook. Une véritable entraide est née, qui complète l’accompagnement des boutiques spécialisées.

Des concepts de “vape bars” on aussi vu le jour…

On s’y assoit, on déguste des e-liquides, comme on dégusterait un café d’exception, on échange des idées, des trouvailles, des bricoles… et plus ça va, plus les boutiques ou les vapoteurs entre eux organisent de belles rencontres.

Développement d’idées novatrices et d’un propre langage

La technique étant particulière, il a fallu utiliser un nouveau langage. Quelques mots ont commencé à voir le jour en français, la plupart du temps traduits de l’anglais, mais c’est surtout les anglicismes ou américanismes qui alimentent les dictionnaires de la vape.

Cette nouvelle réalité a généré des vocations et de jeunes laboratoires de chimie spécialisés dans les arômes alimentaires se sont reconvertis en cuisiniers de l’e-liquide.

Des artisans entrepreneurs ont développé des collections de cigarettes d’art, de plus en plus simplistes ou perfectionnées et des amateurs se sont mis aussi à créer des modèles spécifiques  qui correspondaient (et correspond toujours) à leur conception de la vape.

Pour certains, leur savoir-faire est reconnu mondialement, tant dans la conception de e-liquides que dans les  e-cigarettes « haut de gamme ».

De belles matières

Au début, des créateurs ont utilisées des alliages classiques (laiton, cuivre, acier, …).

D’autres se sont intéressés au bois. Sont nés de beaux objets ciselés, précieux, sobres, peu de fioritures, pas de gravure, peu de métal dans le design de l’objet, juste le bois, des bois naturels précieux ou/et des bois stabilisés très demandés depuis quelques années pour leurs couleurs et leurs textures si particulières.

Les acheteurs étrangers aiment et  y voient la continuité d’une certaine tradition française du travail du bois.

Certaines de ces magnifiques créations sont modélisées entièrement avant la production, conçues à partir de logiciels de CAO en 3D, pour les faire usiner par des industriels équipés. Beaucoup réalisent également un véritable travail de recherche et développement, afin de trouver de nouvelles idées qui pourraient plaire au public.

Les purs artisans fabriquent leurs bébés au fond d’un garage ou d’un atelier, ce qui n’en n’a pas moins de valeur. Ils utilisent toutes sortes de matières novatrices étudiées pour l’utilisation spécifique de la vape (résistance à la chaleur).

Le « High-end » (anglicisme pour le « haut de gamme ») a littéralement explosé depuis ces dernières années, et on compte maintenant plusieurs centaines de moddeurs (fabricants de mods/ecigs) à travers le monde (USA, Philippines, France, Allemagne, Portugal…) et la concurrence fait rage..

Et au niveau des boutiques spécialisées ?

L’évolution constante du matériel oblige maintenant les gérants à être toujours au courant de l’actualité et des nouveautés. Il faut être dans les premiers à les commander pour ne pas se retrouver avec un stock d’invendus sur les bras.

Cela demande de la rigueur, de l’anticipation, de la connaissance du marché et aussi une grosse trésorerie.

De plus, il n’est pas évident de s’imposer dans un marché ou à peine reçue, la marchandise se retrouve obsolète.

Il est maintenant clair qu’avec cette évolution de la vape, seules les boutiques qui ont les moyens de suivre la tendance continueront à exister, et c’est tant mieux !

Ne vous y trompez-pas !

Mais voilà… il y a un hic…. la bonne ambiance se détériore…

Comme tout projet qui marche bien et prospère, il attire les curieux, les opportunistes, les businessmen, les contre-façons et bien évidemment des conflits…
La dimension qui a cimenté les amitiés et les vocations des années passées, est aussi un peu perturbée avec l’arrivée des réglementations européennes. Personne ne croyait à l’instauration de la TPD, tellement cela paraissait invraisemblable et absurde… et pourtant elle est bien née en mai 2016 …
A ses débuts dans les années 2010, l’ambiance de la vape était très sympathique.  C’était tout un plaisir, et le développement d’un réseau social étendu avait tout son intérêt.
On peut comparer ce marché à beaucoup d’autres, comme celui du camping-car. Au tout début, c’était un microcosme bien sympathique. Le simple fait de se croiser sur la route au volant de cette maison roulante, générait de la joie, et celui de s’arrêter à toute heure et partout, de fabuleuses rencontres amicales. Maintenant le marché s’est tellement démocratisé, que cette vision de baroudeurs est bordée d’interdictions en tout genre et de contraintes qui gâchent un peu le plaisir de partir aux quatre coins du monde. Les places sont restreintes, et les camping-caristes arrivent parfois à se traiter de tous les noms d’oiseaux pour en obtenir une dans les emplacements réservés.
Pour la vape, c’est pareil….  c’est devenu une lutte au quotidien, car avec un nombre croissant d’utilisateurs, de fabricants, d’industriels à tous les niveaux de matériel…. l’évolution de la mentalité des vapoteurs s’est dégradée avec le temps. Petit à petit sont nés des animosités. Petit à petit l’écart de rang social s’est aussi fait sentir, alors que cet outil mérite d’être essayé par tous.
Alors on a vu germer …
  • – des divergences de vision et d’opinion sur le sujet
  • – des guerre des clones ou du matériel « high-end »
  • – une conception divergente de la vape libre,
  • – des conflits entre commerces,
  • – des conflits aussi entre utilisateurs sur les réseaux sociaux,
  • – des conflits entre les fabricants,
  • – et même jusqu’à des dénonciations… et j’en passe…
… et c’est sans compter sur l’Industrie du tabac, qui a bien compris qu’en « récupérant » le marché de la e-cigarette, ils vont pouvoir garder les clients chez leur buralistes complices. Ils vont même jusqu’à faire des formations qui laissent bien perplexes les professionnels de la vape…

Alors ne vous offusquez pas et vivez votre vape en attendant que ça se tasse !  🙂  (:boast:)

Les discordes existantes vont bien finir par disparaître au fur et à mesure des années à venir.
Il faut laisser du temps au temps.
Mon conseil : n’allez surtout pas acheter votre e-cig chez votre marchand de clopes ! (:dash:) – Leur seul but et que la vape ne vous plaise pas pour que vous retourniez au tabac. On vous conseillera un taux de nicotine inférieur à vos besoins pour que vous ayez toujours envie de fumer…

Quoi qu’ils en disent, quoi que vous entendiez ou lisiez, ne tombez pas dans le panneau…vous n’aurez jamais le conseil des boutiques spécialisées.

Vous aurez peut-être tendance à penser le contraire, étant donné la puissance médiatique et publicitaire des industriels du tabac, mais il n’en est rien. Autant les normes d’encadrements des e-liquides sont drastiques pour les fabricants, autant celles des e-liquides vendus par big tobacco sont loin d’y être rattachés … Ils mettent tous les additifs qu’ils veulent sans devoir se justifier, et sans avoir de comptes à rendre à personne.
Croyez plutôt les conseils de vapoteurs expérimentés que vous trouverez sur tous les sites internet, chaînes youtube, pages et groupe Facebook listés dans les liens de Ludivape.
Faites-leurs confiance, il ont vécu les prémices de cet extraordinaire outil de réduction des risques tabagiques, ont suivi l’évolution technique et scientifique, et sont plus capables de vous en parler que des journalistes peu scrupuleux qui sont souvent manipulés par les lobbys. (:acute:)…
Il fallait que ça sorte…
(:music:)