Je n’ai aucune volonté

Par défaut

Je ne vais jamais y arriver…

Combien de fois j’entends cette phrase, mais aussi… combien de fois j’ai pu la dire quand je fumais !

Vous vous attaquez à une drogue qui crée une dépendance aussi puissante que celle causée par la cocaïne ou l’héroïne.

Ce n’est pas rien ! La volonté seule ne suffit pas pour réussir à arrêter de fumer. Lire la suite

C’est quoi les sels de nicotine ?

Par défaut

Des e-liquides contenant une nouvelle forme de nicotine sont en vente.

En quoi ces sels de nicotine changent-ils le vapotage?
Peuvent-ils présenter des risques?
Que peuvent-ils apporter aux produits du tabac chauffé contenant de la nicotine?

Etat des lieux des connaissances actuelles sur les sels de nicotine.

(Source « Stop-Tabac.ch » article de Anne-Sophie Glover-Bondeau | Décembre 2017)

S&paration 1

Sels de nicotine : qu’est-ce que c’est ?

La nicotine utilisée dans les e-liquides est une forme de nicotine purifiée. Elle est aussi appelée nicotine-base. Cette nicotine a subi plusieurs traitements : traitement chimique pour être extraite des plants de tabac puis épuration. «On laisse agir de la soude (un acide) sur les feuilles de nicotine pour obtenir de la nicotine-base» explique Jacques le Houezec, scientifique et tabacologue spécialiste de la nicotine. «Cette nicotine qui est utilisée pour les-e-liquides et les substituts nicotiniques a un PH autour de 8» précise-t-il.

Les sels de nicotine, eux, sont la forme de nicotine la plus proche de la nicotine naturelle. «On utilise une base, la nicotine-base (celle décrite ci-dessus) à laquelle on ajoute un acide, pour sortir les sels de nicotine » informe Jacques Le Houezec. Cela retransforme la base en une solution plus acide. Les sels de nicotine ont un PH de 5-6, comparable à celui de la nicotine que l’on trouve dans les cigarettes blondes. Divers acides sont utilisés pour créer une réaction chimique avec la nicotine-base dont l’acide benzoïque. «Les e-liquides aux sels de nicotine sont un courant initié par l’entreprise Pax Labs, fabricants de la cigarette électronique JUUL ; leur formulation associe de la nicotine à de l’acide benzoïque » informe Ghyslain Armand, du magazine en ligne Vaping Post. A l’heure actuelle, certains fabricants commencent à produire des e-liquides aux sels de nicotine aux Etats-Unis, alors qu’ils ne sont encore que deux ou trois à le faire en France.

Sels de nicotine versus nicotine : ce qui change pour les vapoteurs

Que ce soit pour les cigarettes électroniques ou les produits du tabac chauffé, les fabricants cherchent à atteindre le niveau de nicotine fourni par les cigarettes combustibles, qui restent le dispositif délivrant le mieux la nicotine. Une étude a montré que le produit du tabac chauffé IQOS délivrerait 30% de nicotine en moins qu’une cigarette Marlboro(1). Les cigarettes électroniques de 2ème et 3ème génération délivrent plus de nicotine que celles de 1ère génération mais elle n’est cependant pas délivrée aussi vite qu’avec une cigarette traditionnelle. En outre, il faut beaucoup plus de bouffées en vapotant qu’en fumant pour obtenir le même taux de nicotine dans le sang.

Le problème avec les e-liquides contenant de la nicotine purifiée ou nicotine-base est qu’il faut beaucoup de vapeur et des concentrations élevées de nicotine dans les e-liquides pour obtenir le taux de nicotine dans le sang dont certains fumeurs ont besoin pour se passer de cigarette traditionnelle. Le hit trop puissant est alors désagréable. Une arrivée de vapeur trop forte dans l’arrière-gorge irrite la gorge et fait tousser. Cela peut constituer un élément bloquant pour les primo-vapoteurs (ceux qui commencent à vaper) notamment. Lorsqu’ils fument des cigarettes traditionnelles, ils ne sentent pas le hit car elles contiennent du menthol ou d’autres additifs qui atténuent le goût âcre de la fumée et facilitent l’inhalation.

Brochure: les addifs du tabac | L’ingénierie de la cigarette et la dépendance à la nicotine

Les vapoteurs débutants peuvent donc être tentés de diminuer la concentration de nicotine dans les e-liquides pour avoir la gorge moins irritée mais ils n’ont alors pas la dose de nicotine qu’il leur faudrait dans le sang.

Les sels de nicotine permettent d’améliorer la délivrance de nicotine avec des e-liquides fortement dosés en nicotine (20mg/maximum en Europe, environ 50mg/ml aux Etats-Unis) en supprimant le hit. Une nicotine avec un PH plus bas (plus acide) est en effet moins irritante et facilite donc l’inhalation.

Des études réalisées par Pax Labs ont indiqué que les e-liquides aux sels de nicotine permettaient en outre une assimilation plus rapide de la nicotine (2). Mais aucune courbe de cinétique n’indique que l’absorption de nicotine est meilleure. Jacques le Houezec attend donc des données indépendantes de pharmacocinétique pour se prononcer sur ce fait. Pour lui, «ces sels de nicotine n’entraînent pas une absorption plus rapide de la nicotine – quelle que soit l’acidité avec laquelle la nicotine atteint les poumons, il y a une substance tampon sur les poumons qui fait que la nicotine va être mise à un PH physiologique – mais permettent une inhalation plus facile avec des liquides plus fortement dosés en nicotine». «C’est un accélérateur pour avoir plus rapidement la dose voulue de nicotine » estime Sébastien Béziau, créateur du blog et du magazine VAPYOU et vapoteur qui teste les sels de nicotine.

Sels de nicotine : des avantages pour les fumeurs de cigarettes électronique (et de produits du tabac chauffé ?)

« Les sels de nicotine permettent d’avoir des e-liquides contenant le plus fort taux possible de nicotine (46-56 mg de nicotine par millilitre aux Etats-Unis ou maximum 20mg de nicotine autorisés en Europe) mais sans avoir de hit » explique Ghyslain Armand. «Il y a un réel avantage pour les vapoteurs qui ont un fort besoin de nicotine pour pouvoir se passer des cigarettes». «En outre, cela a un impact sur l’aspect comportemental : les vapoteurs peuvent vapoter comme ils fumaient et ne pas avoir une cigarette électronique toujours en bouche» indique-t-il. Un atout confirmé par Sébastien Béziau: «En 2 ou 3 bouffées, on peut avoir le même plaisir qu’avec une cigarette» Et de préciser son expérience : «Pour avoir ma dose de nicotine je vapais toute la journée. J’utilisais entre 8 et 10 mL par jour de e-liquide en 6 mg/mL. Je suis passé à 2mL par jour en 20mg/mL. J’ai toujours la même dose de nicotine en valeur absolue mais je n’ai plus tout le temps ma vapoteuse dans les mains. Je produis beaucoup moins de vapeur et c’est bien moins « visible » pour ceux que cela pourrait déranger.» Celui-ci souligne un autre avantage des e-liquides aux sels de nicotine: «cela permet d’avoir un matériel plus petit, avec moins de puissance, qui a moins besoin d’être rechargé, plus simple». Pour lui, il y aura d’ailleurs bientôt du matériel plus adapté, plus léger pour ces e-liquides aux sels de nicotine.

Les sels de nicotine intéressent aussi les fabricants de tabac. Ainsi, le produit STEEM du groupe Philip Morris (rachat d’un brevet en 2011 par le groupe) est basé sur les sels de nicotine. Ce produit génère une vapeur contenant de la nicotine sous forme de sels de nicotine. C’est une réaction chimique entre la nicotine et un acide organique (acide pyruvique) qui crée une vapeur contenant du sel de nicotine (puryvate de nicotine). Les particules fines très solubles dans l’eau seraient inhalées facilement. Les études menées par Jed Rose (inventeur du produit) et son équipe ont conclu que le puryvate de nicotine serait plus efficace au niveau pulmonaire que la nicotine pure. Comparativement au placebo, l’inhalation de pyruvate de nicotine produit une forte augmentation des taux de nicotine dans le plasma et satisfait les fumeurs (3).

E-liquides aux sels de nicotine : pour qui ?

Les e-liquides aux sels de nicotine sont tout d’abord intéressants pour le profil des primo-vapoteurs. Jacques le Houezec voit les sels de nicotine comme un produit de transition pour certains fumeurs qui passent à la vape et qui n’arrivent pas à obtenir suffisamment de nicotine car ils ont du mal avec des bouffées plus importantes (nécessaires lorsque l’on vape pour ne pas avaler d’air avec la vapeur) qui irritent la gorge. C’est le cas de ceux ayant une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), un emphysème, ou de très gros fumeurs avec une arrière-gorge très abîmée. «Les sels de nicotine leur permettent de vapoter quelque chose d’efficace sans avoir d’irritation» explique le Pr le Houezec. « Ensuite, ils peuvent repasser à de la vape traditionnelle. Cela les aide à passer le cap de l’arrêt de la cigarette ».

Les sels de nicotine sont également intéressants pour ceux qui vapotent beaucoup car ils ont un fort besoin de nicotine. «Ceux qui consomment par exemple 30mL par jour peuvent avoir un petit système de e-cigarette produisant un aérosol moins « aérien » qui leur délivre des doses de nicotine plus importantes. Cela va leur permettre de diminuer la quantité de vapeur inhalée chaque jour» informe J. le Houezec.

Sels de nicotine : risques éventuels et précautions d’usage

Pour Jacques Le Houezec, spécialiste de la nicotine, les sels de nicotine ne présentent pas de danger sanitaire car c’est une des formes de la nicotine. Des scientifiques s’inquiètent de la présence de benzène du fait de l’association nicotine/acide benzoïque dans la JUUL. Le Dr Konstantinos Farsalinos a souligné le potentiel dangereux de certains acides qui pourraient être utilisés pour extraire les sels de nicotine. Aujourd’hui par exemple, les effets à long terme du benzène inhalé ne sont pas connus. Le groupe PMI, lui, a mené des recherches sur des animaux sur l’inhalation d’acide pyruvique : seuls des effets biologiques mineurs ont été observés.(4)

«Comme ces e-liquides sont très fortement dosés en nicotine, il ne faut pas les utiliser sur des appareils à grosse puissance mais sur des résistances à faible puissance pour éviter des shoots de nicotine ultra-violents» prévient Ghyslain Armand. Le risque de ces très fortes doses de nicotine reste cependant modéré, cela entraîne au pire des vomissements. «Utiliser un petit matériel pour vapoter des sels de nicotine est une recommandation en l’absence de données et aussi parce que cela ne présente pas trop d’intérêt d’utiliser des matériels plus puissants» estime le Pr le Houezec» «Il va y avoir des tests avec des mesures d’émission qui nous permettront de faire de nouvelles recommandations».

«Le hit étant absent, on peut inhaler des bouffées à répétition sans sentir le hit et cela monte vite à la tête» estime Ghyslain Armand. «Ce qu’on peut craindre, c’est leur potentiel addictif beaucoup plus fort, mais généralement le vapoteur maîtrise très bien sa dose de nicotine» souligne Ghyslain Armand du Vaping Post. Pour ce qui est d’une dépendance potentiellement plus importante chez les non-fumeurs, le pharmacologue Jacques Le Houezec trouve cela improbable. «Pourquoi un jeune qui trouve du plaisir en vapant des sels de nicotine se tournerait-il vers les cigarettes ?» Pour lui, ce n’est pas plus un risque que la fameuse crainte de passerelle entre vapotage et tabagisme.

Les sels de nicotine vont continuer à faire parler d’eux.

Beaucoup de données manquent encore pour donner toute l’information aux consommateurs.

Le Pr le Houezec va lancer une étude pour savoir si les sels de nicotine pourraient permettre à certains profils de fumeurs de s’arrêter plus facilement de fumer qu’avec la vape traditionnelle. Un des principaux avantages est qu’on inhale moins d’aérosol, et donc qu’on s’expose moins aux substances contenues dans l’aérosol

(Source « Stop-Tabac.ch » article de Anne-Sophie Glover-Bondeau | Décembre 2017)

REFERENCES

(1) Konstantinos E. Farsalinos, MD Nikoletta Yannovits, PhD Theoni Sarri, PhD Vassilis Voudris, PhD Konstantinos Poulas, PhD, Nicotine Delivery to the Aerosol of a Heat-Not-Burn Tobacco Product: Comparison With a Tobacco Cigarette and E-CigarettesNicotine & Tobacco Research, 16 juin 2017, https://doi.org/10.1093/ntr/ntx138

(2) Nicotine salt formulations for aerosol devices and methods thereof Oct 10, 2014 – PAX Labs, Inc.
https://patents.justia.com/patent/9215895

(3) Rose et al. Pulmonary delivery of nicotine pyruvate: sensory and pharmacokinetic characteristics. Exp Clin Psychopharmacology. 2010;18:385-394, Erratum in: Exp Clin Psychopharmacol. 2011 Feb;19(1):iii.

(4) M Esposito, B Phillips, P Vanscheeuwijck, A Buettner, J Hoeng, WK Schlage, J Verbeeck, MC Peitsch , Toxicity Of Inhaled Nicotine And Pyruvic Acid Aerosols (Separately And Combined) In Sprague-Dawley Rats In A 28-Day OECD TG412 Inhalation Study February 2015 | Presented at SRNT 2015 21st Annual Meeting Cite this (.RIS)
https://www.pmiscience.com/library/toxicity-inhaled-nicotine-and-pyruvic-acid-aerosols-separately-and-combined-sprague-dawley
SOURCES

Article du blog Vapinpost Tout savoir sur les sels de nicotine
https://fr.vapingpost.com/tout-savoir-sur-les-sels-de-nicotine/

 En savoir plus

 

Se préparer à l’arrêt du tabac

Par défaut

L’arrêt du tabac se prépare.

Sans cette préparation, vous risquez de vous décourager,

de n’analyser que les effets secondaires du sevrage,

en dénigrant les nombreux avantages de ce dernier.

Quelle est votre motivation ?

Elle vous appartient, car elle dépend de votre personnalité, de votre entourage, de vos habitudes de vie, et de votre dépendance au tabac.

Cette dépendance peut être soit physique, soit psychologique, soit environnementale ou comportementale.

Il va donc falloir que vous analysiez ce qui pour vous est le plus important dans votre décision d’arrêter de fumer.

Votre santé ?

Vos enfants ?

Votre portefeuille ?

Autres ?

 

Savoir reconnaître ses propres facteurs de motivation peut être long, mais cela vous permettra de stimuler votre volonté et d’axer votre mental sur le positif.

Des données récentes de la neurobiologie ont permis de montrer que tous les produits qui déclenchent une dépendance chez l’homme (amphétamine, cocaïne, morphine, héroïne, cannabis, nicotine, alcool) augmentent la libération de dopamine dans le cerveau, et définissent à chaque instant l’état de satisfaction physique et psychique dans lequel se trouve le sujet. Ces substances psycho-actives, en modifiant la production de dopamine, stimulent les structures du circuit de la récompense et induisent une sensation de satisfaction.

L’apprentissage conduit à ce que ce ne soit plus la récompense qui active les neurones mais les signaux annonçant l’arrivée de cette récompense.

Au cours de son développement, chaque individu se constitue un ensemble de signaux qui lui sont propres et dont la perception lui permet d’anticiper une satisfaction et de s’adapter à son obtention.

Un signal non suivi de récompense déclenche une frustration.

Par contre, la prise de substance psycho-active, conduit l’individu à mémoriser des événements qui n’ont pas de réalité physiologique mais qui, parce qu’ils sont associés à la prise de produit, l’en rendent dépendant.

Ainsi, les stimuli environnementaux sont particulièrement importants chez le fumeur, lequel a développé, souvent pendant des années, de multiples associations entre certaines situations et le fait de fumer.

La seule présentation de ces stimuli peut conduire à une envie compulsive de tabac, et il faut savoir l’éviter.

Rappelez-vous que :

  • Une personne qui fume un paquet de cigarettes par jour absorbe l’équivalent d’une tasse de goudron par an.
  • Le tabac est responsable d’une diminution des performances sexuelles.
  • Le tabac est responsable d’une diminution de la fécondité chez la femme.
  • La peau des femmes fumeuses est sèche, terne et son teint est brouillé. La peau perd de sa souplesse et présente donc un vieillissement prématuré.

Prenez le temps de réfléchir avant de vous lancer dans cette formidable reconstruction d’une vie sans tabac.

Vous n’en ressortirez que gagnant.

Lire la suite

Vais-je grossir si j’arrête de fumer ?

Par défaut

La nicotine contenue dans le tabac diminue l’appétit, augmente les dépenses énergétiques et ralentit le stockage des graisses.

De plus, la cigarette entraîne de mauvaises habitudes alimentaires. Lire la suite

La notion de plaisir dans l’arrêt du tabac

Par défaut

Oui, la vape procure du plaisir à notre cerveau et le détourne de la cigarette, et c’est l’une des raisons pour laquelle elle fonctionne comme moyen de sevrage.

La dépendance au tabac, qui se développe très rapidement, vient du fait que les récepteurs nicotiniques sont présents dans des aires très « occupées » du cerveau. Les stimulations nicotiniques répétées chez les fumeurs augmentent donc la libération de dopamine dans certaines parties du cerveau. Lorsque le fumeur est privé de nicotine (ex : nuit), les récepteurs retrouvent leur sensibilité normale et le fumeur ressent une agitation et un inconfort qui le poussent à fumer; il s’agit en fait des signes du syndrome de manque.

Pour tout comprendre sur la nicotine, n’oubliez pas d’aller consulter l’article dans lequel je fais référence à Jacques Le Houzec, scientifique de formation, spécialisé dans le cerveau et son fonctionnement, et plus particulièrement dans les dépendances. La nicotine est addictive certes, mais pas plus dangereuse que la caféine ou la théine. Elle doit même devenir votre amie dans votre sevrage tabagique.

Trouver du plaisir est la solution qui permet d’arrêter de fumer sans difficultés.

La vape procure ce plaisir et le Pr Dautzenberg nous explique pourquoi dans cette vidéo.

Le plaisir de vapoter peut même se transformer en véritable passion, vous pourrez vous en rendre compte dans les vidéos des youtubeurs que j’ai mis en lien sur ce site.

Ils sont heureux d’avoir arrêté de fumer, et ils ont envie de partager leur expérience de sevrage grâce à cet outil magique.

A chaque nouvelle découverte de matériel, de e-liquide…  ils vous en parlent.

La notion de plaisir dans la vape et l’arrêt du tabac

Par défaut

Oui, la vape procure du plaisir à notre cerveau et le détourne de la cigarette, et c’est l’une des raisons pour laquelle elle fonctionne comme moyen de sevrage.

La dépendance au tabac, qui se développe très rapidement, vient du fait que les récepteurs nicotiniques sont présents dans des aires très « occupées » du cerveau.

Les stimulations nicotiniques répétées chez les fumeurs augmentent donc la libération de dopamine dans certaines parties du cerveau.

Lorsque le fumeur est privé de nicotine (ex : nuit), les récepteurs retrouvent leur sensibilité normale et le fumeur ressent une agitation et un inconfort qui le poussent à fumer; il s’agit en fait des signes du syndrome de manque.

C’est la raison pour laquelle les vapoteurs expérimentés vous diront toujours de ne pas baisser votre taux de nicotine trop vite. Il faut laisser le temps à son corps de pouvoir vivre sans nicotine.

Si vous forcez la mécanique, il y a de grandes chances pour que le besoin de fumer vous rattrape.

Pour tout comprendre sur la nicotine, n’oubliez pas d’aller consulter l’article dans lequel je fais référence à Jacques Le Houzec, scientifique de formation, spécialisé dans le cerveau et son fonctionnement, et plus particulièrement dans les dépendances.

La nicotine est addictive certes, mais pas plus dangereuse que la caféine ou la théine. Elle doit même devenir votre amie dans votre sevrage tabagique.

Trouver du plaisir est la solution qui permet d’arrêter de fumer sans difficultés.

La vape procure ce plaisir et le Pr Dautzenberg nous explique pourquoi dans cette vidéo.

Le plaisir de vapoter peut même se transformer en véritable passion, vous pourrez vous en rendre compte dans les vidéos des youtubeurs que j’ai mis en lien sur ce site.

Ils sont heureux d’avoir arrêté de fumer, et ils ont envie de partager leur expérience de sevrage grâce à cet outil magique.

A chaque nouvelle découverte de matériel, de e-liquide…  ils vous en parlent.

C’est quoi les E-liquides ?

Par défaut

Le e-liquide est primordial pour réussir votre entrée dans le monde de la vape.

Il va de pair avec le matériel et le taux de nicotine pour garantir un sevrage équilibré.

Parmi les dizaines de milliers d’e-liquides qui existent à travers le monde, il est parfois difficile de faire un choix. Lire la suite

Ne pas confondre les effets indésirables de l’arrêt du tabac et/ou de la vape

Par défaut

Le docteur Konstantinos Farsalinos et des confrères ont mené une vaste étude mondiale sur plus de 19 000 vapoteurs pour déterminer quels étaient les effets indésirables des cigarettes électroniques, souvent confondus avec les effets indésirables de l’arrêt du tabac.

Les plus courants sont listés ci-dessous.

Pourquoi j’ai des soucis gastro-intestinaux ?

Flatulences, diarrhées et constipations sont extrêmement liées et résultent d’une réaction de votre organisme au changement de mode d’administration de la nicotine.

Inutile d’incriminer la cigarette électronique : c’est uniquement dû à votre arrêt du tabac. Ne vous inquiétez pas, cela passe au bout de quelques semaines.

 

Pourquoi j’ai toujours des flatulences ?

Les flatulences peuvent être causées par le passage de la cigarette à la cigarette électronique.

Mais ces désagréments intestinaux ne sont pas dus au vaporisateur personnel.

Ils sont en réalité dus à l’arrêt du tabac et sont un des effets possibles du sevrage de nicotine.

Pas de panique : cela reste quelques semaines puis cela passe.

 

Pourquoi j’ai souvent des aphtes, assèchement et/ou irritation de la bouche/gorge

Le propylène glycol a tendance à assécher voire irriter les muqueuses.

De cet assèchement ou de cette irritation peuvent découler des sensations gênantes, notamment de « chat dans la gorge ».

Il faut savoir que parallèlement, l’arrêt du tabac provoque exactement les mêmes symptômes, les aphtes en plus.

Si ces symptômes perdurent ou sont trop désagréables, il faudra penser à tester un e-liquide contenant moins de propylène glycol et beaucoup plus de glycérine végétale (full VG éventuellement), ou prendre un atomiseur plus axé « vape serrée ».

Pour tout cela, les boutiques spécialisées vous renseigneront sur les modèles.

Quoi qu’il en soit, souvenez-vous que vaper a tendance à assécher la bouche.

Buvez régulièrement pour réhydrater vos muqueuses malmenées, et faites quelques bains de bouche.

 

Pourquoi j’ai souvent des maux de tête, nausées, étourdissements, tachycardie

Ces effets indésirables peuvent également avoir deux causes :

L’excès de nicotine
L’arrêt du tabac

Le manque et l’excès de nicotine provoquent tous deux ces symptômes (pour rappel, la nicotine n’est pas dangereuse).

Solution ?

Soit vous cessez pendant 1/2 heure de vaper (le plus judicieux), soit vous baissez légèrement votre taux de nicotine, mais attention… pensez à faire des paliers (par exemple en mélangeant du 6 mg et du 12 mg pour obtenir du 9 mg).

De plus, si vous avez un atomiseur pour l’inhalation directe, essayez d’en choisir un avec une vape plus serrée, car en inhalation indirecte, la nicotine passe beaucoup mieux.

 

Pourquoi je perds le goût de mes e-liquides ?

Il arrive que certains vapoteurs perdent le goût dans les semaines qui suivent leur passage à la vape.

Cette sensation ne dure pas longtemps.

Pour que ça passe, l’idéal est de se passer de vape pendant quelques jours, mais cela n’est pas évident. Vapoter un arôme mentholé pendant quelques temps est une des solutions adoptée par les vapoteurs.

Pour ce cas particulier —>  un très bon article qui résume bien ce problème de perte de goût .


Dans tous les cas, pour la vape, et avant de vous alarmer, posez vos questions sur les forum de vape ou les groupes Facebook, et vous vous rendrez compte que vous n’êtes pas seul à subir ces petits tracas.

Cependant, en cas d’effets indésirables qui se prolongent dans le temps, n’hésitez pas à consulter votre médecin qui est le mieux placé pour vous répondre.

Les symptômes du sevrage tabagique

Par défaut

Arrêter de fumer entraîne des symptômes physiques et psychologiques désagréables.

LA MECANIQUE DOIT SE REMETTRE A FONCTIONNER NORMALEMENT

Ces désagréments sont normaux et sont un signe positif. Lire la suite

C’est quoi la nicotine ?

Par défaut

La nicotine, sous forme liquide et pure, est obtenue par extraction des feuilles de tabac.

C’est un alcaloïde qui, à faible dose, a un effet stimulant et est rapidement éliminé par l’organisme. Lire la suite

Les ravages du tabac sur la mécanique du corps

Par défaut

Des points communs non négligeables existent entre tous les fumeurs réguliers.

J’entends par « fumeurs réguliers », des personnes qui fument tous les jours depuis plusieurs années.

Que ce soit une cigarette ou un paquet n’y change rien, c’est la durée du tabagisme qui importe et qui a un impact dévastateur.

L’expression « brûler à petit feu » prend tout son sens dans ce contexte car les fumeurs intoxiquent leur corps jour après jour.

 

En clair, que se passe t’il ?

  • le foie n’a pas suffisamment de temps pour se drainer,
  • les poumons n’ont pas l’opportunité de se désencrasser,
  • les tissus n’ont pas les nutriments nécessaires pour se régénérer.

 

Ce que les patients fumeurs disent

« J’ai des bronchites à répétition »,

« J’ai des sinusites à répétition » ,

« Je suis tout le temps fatigué, pourtant je dors bien et je mange bien »,

« je me sens fatigué dès le lever »,

« je digère mal »,

« je suis essoufflé »,

« je me sens oppressé »,

« je n’ai pas de libido »,

« j’ai de l’asthme » ,

« je n’ai plus d’appetit « , etc.

 

Ce que la cage thoracique dit

Chaque cigarette va peu à peu encombrer les muqueuses, que ce soit celles du nez, des sinus, de la gorge et enfin des poumons.

Ces muqueuses vont alors s’alourdir, elles vont agir comme une éponge et s’engorger de toxines, les poumons vont devenir plus lourds et peser sur toute la cage thoracique.

Peu à peu le thorax va alors se rigidifier, il se consolide pour supporter ce poids. Et c’est cette raideur thoracique, ce manque de mobilité qui vous amène parfois à consulter.

Parce que ce manque de mobilité va se révéler sous forme de blocage : une douleur au sternum, une vertèbre qui se bloque entre les omoplates, une côte qui se bloque et que vous sentez à chaque inspiration, le diaphragme qui se spasme, les cervicales qui tirent.

Toutes ces douleurs ne sont que les conséquences d’un encrassement.

 

Ce que le foie dit

L’oxygène et la pollution (tabac, CO) qui passent par les poumons vont ensuite passer dans le sang et tout ce qui passe dans le sang va à un moment passer par le foie.

N’oublions pas que le foie est un filtre. En bonne santé il peut filtrer jusqu’à 1,7 L de sang par minute, c’est un chiffre suffisamment parlant pour vous faire comprendre à quel point cet organe est important.

Il est donc essentiel de comprendre que toutes les toxines assimilées par la cigarette vont engorger le foie et altérer sa bonne fonction.

Si le foie ralentit, tout le métabolisme est ralenti, l’assimilation des nutriments et des vitamines se fait moins bien, l’appétit diminue, la digestion est altérée, la fatigue devient plus intense et ce ne sont là que les conséquences directes.

Le foie est aussi chargé de réguler une grande partie des hormones, hormones qui ont un rôle sur votre humeur, votre sommeil, votre libido, etc… Il faut alors plusieurs semaines pour détoxiquer le foie, chose qui ne peut se faire si vous continuer à fumer régulièrement.

A un niveau plus mécanique, ce foie engorgé va lui aussi peser sur ses attaches (ligaments), ses attaches se font sur les organes environnants (estomac, vésicule biliaire, colon), ainsi que sur le thorax et le diaphragme jusqu’à créer des douleurs au dos (lombaires, dorsales voire cervicales) mais également des douleurs au niveau abdominal.

 

Ce que les émonctoires disent

Les émonctoires sont les organes chargés d’éliminer les déchets hors de l’organisme : le foie et les poumons vu ci dessus, mais aussi la peau, les intestins et les reins.

Lorsque vous fumez, 2 émonctoires sur 5 sont déjà en « sur-régime ».

Le corps va devoir s’adapter à ce fonctionnement en compensant avec les 3 autres émonctoires.

Prenons l’exemple de la peau : qui n’a pas remarqué qu’un fumeur avait le teint grisâtre ou la peau plus grasse ? Cela s’explique par le fait que la peau doit éliminer énormément de toxines, celles qui n’ont pu être éliminées par les autres émonctoires.

Il en est de même pour les intestins ou les reins, l’intoxication va alors se révéler par des symptômes tels que les troubles intestinaux, des calculs rénaux, des urines foncées, de l’aérophagie, etc.

 

Ce que le corps veut

Le corps veut retrouver son propre équilibre.

Nous sommes conçus pour vivre et non pour mourir.

La normalité, c’est la santé.

 

Pour être en bonne santé, il faut que tous les paramètres soient au “vert”.

Il faut que les organes puissent communiquer les uns avec les autres, et que cette communication soit la plus harmonieuse possible.

Cet équilibre peut se retrouver par plusieurs solutions, chacun peut trouver la sienne.

Ce qui compte c’est de s’attaquer à la cause : cesser d’intoxiquer son corps.

L’arrêt du tabac est une solution radicale pour un bon début de remise en forme.

Si vous avez essayé plusieurs fois sans succès, essayez la vape, elle ne vous décevra pas.

 

 

 

 

Le tabac agit sur la mécanique du corps

Par défaut

Des points communs non négligeables existent entre tous les fumeurs réguliers. J’entends par « fumeurs réguliers », des personnes qui fument tous les jours depuis plusieurs années, que ce soit une cigarette ou un paquet n’y change rien. L’expression « brûler à petit feu » prend tout son sens dans ce contexte car les fumeurs intoxiquent leur corps jour après jour. Le foie n’a alors pas suffisamment de temps pour se drainer, les poumons n’ont pas l’opportunité de se désencrasser, les tissus n’ont pas les nutriments nécessaires pour se régénérer. Lire la suite

1000 messages pour la vape

Par défaut

Une initiative inédite,  citoyenne et indépendante pour défendre la vape libre.

Lire la suite

A nos amis fumeurs (témoignages vidéos de vapoteurs)

Par défaut

Les témoignages sur ces vidéos (5 en tout) vous montrent bien que la vape permet d’arrêter TOTALEMENT de fumer (même lorsqu’on est gros fumeur), contrairement à ce qu’essaient de vous faire croire les médias et nos gouvernements respectifs, en quête d’apports financiers. Lire la suite

La vape, tu connais ?

Par défaut

Ne croyez pas les informations négatives sur la vape. Nous avons maintenant suffisamment d’années de recul pour affirmer qu’elle est 95% plus saine que le tabac, et c’est bien ce qui dérange les instances dirigeantes.

 

Conseils d’une ex-fumeuse

Par défaut

Des années de tabagisme actif envolées avec mon vaporisateur personnel.Quel plaisir de ne plus empester la maison, la voiture, les vêtements…. et de se sentir bien sans souffrir des effets néfastes du sevrage tabagique… Lire la suite

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer

Par défaut

Cette vidéo a pour but de créer un déclic chez les fumeurs qui hésitent encore à prendre la décision d’arrêter de fumer.. La vape permet de limiter les ravages du tabac, sans souffrir, et en prenant du plaisir, contrairement aux autres méthodes de sevrage tabagique beaucoup moins ludiques. Lire la suite