Les sels de nicotine, c’est quoi ? (explications de Mickaël Hammoudi)

Vivre son sevrage tabagique sereinement grâce à la vape

Les sels de nicotine, c’est quoi ? (explications de Mickaël Hammoudi)

Dossier 1

Cet article n’est pas de moi.
Il a été écrit le 3 décembre 2017 par Mickaël Hammoudi (Mcortex).
Je ne fais que le retranscrire ici en intégralité, pour être en mesure de faire profiter les vapoteurs n’étant pas fans des réseaux sociaux.
Voilà plusieurs mois que je travaille sur le sujet et il est temps de passer à table afin d’éclaircir des points d’ombre pour bien des consommateurs et des professionnels, on ne peut en effet passer à côté de cette opportunité pour les fumeurs.
C’est du Sel ?  Eh bien, oui … et non.

Il existe de nombreuses définitions scientifiques des sels, et ils vont au-delà de la substance blanche (ou peut-être rose ou bleue) que vous associez à une saveur «salée». Fondamentalement, la base de cette substance traite de l’équilibre du pH, ce qui signifie que cela fait appel à la chimie.
Il y a aussi divers acides utilisés et ceux-ci agissent différemment. Faire un sel de nicotine, c’est faire du rétro-ingeniering afin d’aller retrouver la nicotine sous sa forme primaire qui peut, soit se présenter sous forme de cristaux après manipulation, ou sous forme liquide en fonction des processus de transformation.
A titre d’exemple non limitatif, les acides largement répandus sont l’acide salicylique, l’acide sorbique, l’acide benzoïque, l’acide laurique….
L’industrie du tabac détient d’ailleurs certains brevets concernant l’utilisation des acides dans certains de ses produits pour fixer la nicotine plus rapidement dans le cerveau du fumeur, notamment dans les dispositifs de tabac chauffé. L’absence de combustion dans les dispositifs de vapotage rend l’absorption de nicotine plus lente, et à ce titre, l’utilisation sous sa forme de sels assimilables plus rapidement devient très intéressante dans la vape pour lutter contre les méfaits du tabagisme qui tuent 78000 personnes par an en France.
La nicotine trouvée sur les feuilles de tabac est plus acide que celle trouvée dans l’extrait de nicotine base. Pensez au tabac ayant une acidité d’environ 5 sur l’échelle de pH 0-14, alors que la nicotine typique dans l’e-liquide est plus alcaline, quelque part autour de 8.
La nicotine base communément utilisée est créée lorsque l’on en retire des protons, et pour ce faire, on y ajoute une base comme l’ammoniaque pour éliminer tous les protons qui s’y trouvent et séparer les sels présents afin de créer une forme de base libre de nicotine. D’où les appellations un peu barbares de base de nicotine protonnée ou non protonnée.

Comment ça fonctionne ?

Les sels de nicotine fonctionnent très différemment. Ces sels se forment naturellement dans le tabac en feuilles et sont considérés comme une forme plus stable de la nicotine que la forme base. Bien qu’il ait fallu beaucoup de recherches pour perfectionner la méthodologie derrière la prise de sels de nicotine pour les utiliser dans les produits de vapotage, des entreprises l’ont perfectionné et ont trouvé une façon de le faire.
Alors que de nombreuses entreprises choisissent toujours d’utiliser de la nicotine base dans leurs produits de vapotage, les sels de nicotine ont montré qu’ils procurent aux vapoteurs une expérience très différente dans l’ensemble.
Il a fallu beaucoup de recherches aux entreprises pour comprendre comment incorporer les sels de nicotine dans les produits du vapotage dont l’origine nous vient des USA. Et il faudra encore plus de recherches pour comprendre à quel point ils peuvent être intéressants à long terme. Mais les entreprises qui incorporent des sels de nicotine dans leurs produits ont souligné un certain nombre d’avantages potentiels.
Pour commencer, les sels de nicotine semblent procurer aux vapoteurs une meilleure absorption dans le sang de cette nicotine, ce qui signifie un passage plus rapide dans l’organisme avec un liquide contenant des sels de nicotine plutôt que de la nicotine base. Parce que les sels de nicotine sont dans leur état naturel, le corps semble avoir plus de facilité à les absorber rapidement et à maintenir une fixation plus longue de la nicotine.

Un plus pour les fumeurs ?

C’est une solution à un problème que beaucoup d’anciens fumeurs rencontrent quand ils commencent à vaper. Il leur faut plus de temps qu’habituellement pour ressentir les effets de la nicotine quand ils la vaporisent. En conséquence, de nombreux anciens fumeurs finissent par recommencer à fumer parce qu’ils n’ont pas la même sensation lorsqu’ils vapent que lorsqu’ils fument, la nicotine base mettant plus de temps à stimuler la zone de récompense (voir sur ce sujet les études désormais incontournables de Jacques le Houezec).
Les entreprises continuent d’essayer et de formuler des sels de nicotine pour obtenir le juste équilibre avec des arômes. Il y a des signes qui démontrent que vaper avec des sels de nicotine pourrait fournir à certaines personnes de meilleures résultats qu’avec de la nicotine base.
Pourquoi est-ce important? La nicotine plus acide peut en effet persister un peu plus longtemps dans vos poumons. Pourquoi cela devrait-il être important? Fondamentalement, cela signifie que les sels de nicotine sont naturellement plus moelleux et moins susceptibles d’irriter. Cette irritation est ce que nous appelons «le HIT», particulièrement importante dans les liquides à forte teneur en nicotine, comme 18 mg / ml ou plus.

Quels sont leurs avantages ?

En utilisant les sels de nicotine, les fabricants peuvent réaliser un liquide à forte teneur en nicotine au goût plus doux. Ceci est particulièrement utile pour les fabricants de cigalike et pod mod de nouvelle génération – les pods ou réservoir contenants 20mg / ml de nicotine, les rendent plus efficaces que les liquides les plus populaires en 3/6 mg pour les réservoirs !
Si le liquide est vaporisé à une puissance beaucoup plus faible que ce que préfère la plupart des utilisateurs de mods avancés, il est logique que dans une certaine mesure ils aient besoin d’un plus gros apport en nicotine. Même avec une puissance plus faible et une production de vapeur plus faible, il n’y a aucun moyen d’entasser la nicotine sans faire quelque chose pour adoucir le hit. Les sels de nicotine sont la solution que beaucoup ont attendue.

Mauvaise ou bonne utilisation ?

Beaucoup utilisent également ces nouveaux liquides de sels pour «bidouiller» et recharger des systèmes non prévus pour cet usage… plutôt que de se limiter à l’utilisation prévue par le fabricants, ce qui induit un risque de détérioration concernant particulièrement les éléments chauffants. De nouveaux kits ultra-compacts avec des dosettes faciles à remplir et à recharger sont apparus sur le marché pour combler ce créneau, et deviennent extrêmement populaires !
Mais cela ne veut pas dire que les sels n’ont pas leur place dans les liquides plus recherchés et dans les kits MTL (Mouth To Lung/bouche à poumon) ouverts (rechargeables) – C’est une opportunité représentant pour le fumeur une excellente transition vers la vape, car c’est moins irritant et ça fait moins tousser que la nicotine base classique à fort taux. Ces personnes peuvent maintenant trouver des niveaux de nicotine dont ils ont besoin dans des liquides sans éprouver un manque de confort.
Consommation réduite, faibles besoins en énergie, vape plus efficace et moindre coût. Cela donne également plus de chances à ceux qui ont déjà lutté avec le «double usage» et n’ont pas réussi à quitter définitivement le tabac fumé. Ils sont également parfaits «en complément» des autres solutions. Ou peut-être que vous êtes un vrai chasseur de saveur qui n’utilise qu’un peu de nicotine mais cherche un hit plus doux permettant aux saveurs délicates de mieux s’exprimer.
Les liquides aux sels de nicotine peuvent représenter un autre univers ! On peut également trouver des liquides à des concentrations plus faibles et ils sont parfaits pour ceux qui recherchent des mélanges adaptés à la saveur, mais avec une nicotine plus subtile.

Sels et comportement

Plus le tirage est restreint (débit d’air) sur l’appareil, plus la consommation en liquide diminue tout en fournissant un niveau satisfaisant de nicotine. Cela signifie qu’un flacon de liquide avec du sel de nicotine peut durer jusqu’à quatre à six fois plus longtemps qu’un flacon de liquide conventionnel ! Associé à une configuration « bouche-à-poumon » de faible puissance, vous comprenez pourquoi de nombreux vapoteurs optent pour des liquides aux sels !
Tout se résume à des calculs simples pour le consommateur … Sels de Nicotine + Set-up à faible puissance = délivrance plus efficace de nicotine. Pas de nuage, pas de fioriture. C’est accrocheur, et pour une bonne raison.

Comment les utiliser ?

Lorsque vous utilisez un appareil fonctionnant à faible puissance, vous n’avez pas forcément l’impression d’utiliser un liquide avec un niveau élevé de nicotine, même si cela vous donne un apport de nicotine plus important. Vous constaterez probablement que vous vaporisez beaucoup moins mais obtenez toujours votre satisfaction de nicotine tout au long de la journée quand vous utilisez des sels de nicotine. C’est un autre avantage perçu comparé aux liquides contenant de la nicotine base.
L’association de nicotine base et des sels de nicotine n’est pas proscrite, mais elle augmentera le PH de votre mélange, il peut y avoir un juste équilibre entre les deux administrations. Mais cela reste encore théorique et à creuser. La limitation française de 20mg demeure, selon mon point de vue, un frein à cette expérience.

Recommandations

En effet plus la nicotine est chauffée, plus elle se dégrade, et plus elle est inefficace. L’autre point est que je ne dispose pas de données suffisantes et notamment sur les dégradations à haute température pour recommander les sels en SUB OHM, pour le moment tout tend à démontrer selon mes tests qu’il faut préférer :
  • Une résistance de diamètre intérieur assez large pour une bonne capillarité (soit des trous d’absorption assez grand)
  • Une valeur comprise entre 1,5 Ω et 2 Ω à de faibles puissances situées entre 8 et 13 Watts.
  • Préférer des spires espacées aux microcoils pour éviter les micros dry-hits difficilement perceptibles, une résistance plus haute engendre une longueur de coil plus importante, la capillarité se fait par les extrémités alors qu’un microcoil chauffe en partant du centre…
  • Un écart entre la cloche/Pyrex important, améliorant la capillarité et la circulation du liquide.
  • Des produits déclarés comme spécialement conçus pour la vaporisation qui respecteront généralement les critères cités plus haut.
Je ferai une mise à jour complémentaire une fois les résultats obtenus avec des monographies et en ATG. Je ferai aussi un autre article dans les prochaines semaines sur les différents acides et les impacts sur le hit et la bio disponibilité, les acides influents sur les PH car il y a variation de beaucoup de facteurs, d’où des sels de nicotine plus doux que d’autres ou plus rapides que d’autres dans la délivrance de la nicotine.

Conclusion

Vaporiser un liquide contenant du sel de nicotine est très différent que vaporiser un liquide contenant de la nicotine base. Aussi, au travers de mes différentes recherches, je ne recommande pas aux gens d’utiliser les sels de nicotine avec des appareils en sub-ohms. Au contraire, il faut préférer des appareils à faible puissance en l’état des données et de nos connaissances actuelles à notre disposition. De plus les différents tests que j’ai pu consulter ne dépassent pas les 205°C, ce n’est pas un hasard selon moi.
Mickaël Hammoudi
NB : Reproduction interdite sans mon autorisation préalable. Je me suis basé sur mes connaissances, sur mes tests personnels de formulations ainsi que sur les différentes informations scientifiques répertoriées et recherchées à différents endroits. Par simple respect pour les mois de travail que représente ce sujet, prière est faite de ne pas utiliser les informations contenues dans ce document sans mon autorisation.
Un remerciement tout particulier à Jacques Le Houezec pour la vérification de mes informations, et à Laurent Caffarel & Titan Micheau pour les corrections et mises en forme.
Sources :

Lien vers le dossier n° 2 (suite)

 

 

%d blogueurs aiment cette page :